CEDH : liberté d’expression d’un procureur

CEDH : liberté d’expression d’un procureur

La destitution d'un procureur en chef pour avoir livré publiquement des informations à la presse viole la CESDH, car il n'a révélé aucun secret, ni violé la présomption d'innocence.

En Roumanie, un procureur en chef a été destitué pour la violation du secret d'une enquête pénale qui aurait résulté de déclarations qu'il avait faite à la presse. Il a été sanctionné après qu'une juge s'est plainte du communiqué de presse qu'il a publié et de l'interview qu'il avait accordé à une chaîne de télévision, dont elle affirmait qu'ils avaient permis aux médias de la désigner comme étant impliquée dans une escroquerie financière. Il a (...)
Cet article est réservé aux abonnés
Vous êtes abonnés ?
Identifiez-vous
Vous souhaitez vous abonner ?
Découvrez nos formules
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.